lundi 7 avril 2014

La culture du viol

La culture du viol, c'est quoi? 
"La culture du viol véhicule des mythes sur le viol tendant à réhabiliter les agresseurs et blâmer les victimes. Les mythes sur le viol peuvent être regroupés en trois catégories : la négation ou minimisation du viol, la négation du non-consentement de la victime, ou le blâme de celle-ci." Définition Wikipédia
En d'autres termes, la culture du viol, c'est:
- quand on nie qu'une victime a été violée du genre "ouais mais non c'est rien!!"
- quand on nie qu'elle a dit non à ce rapport sexuel du style "j'suis sûre qu'au fond tu voulais!!"
- quand on blâme la victime du style "oui mais toi aussi qui t'as dit de t'habiller comme ça/de sortir à cette heure là" (et j'en passe)

Quand on nie que la victime a été violée:
On remet en cause la parole de la victime, on minimise ce qu'elle a vécu. Pire, on en arrive à considérer que le viol est normal. Le viol est un crime, mais on considère ça NORMAL. Il  n'y a pas quelque chose qui cloche?
« Les lois sont comme les femmes, elles sont faites pour être violées » pour José Manuel Castelao Bragaña, député espagnol. D'après J-F Kahn, le viol de Nafissatou Diallo n'était qu'un "troussage de domestique". Bien, bien, bien...
En plus de tout ça, le contexte du viol est pris en compte. Si ça ne s'est pas passé dans une rue, de nuit et par un malade, ce n'est pas un "vrai" viol. Si ça se passe chez l'agresseur ou chez la victime, c'est pas un "vrai" viol. Les victimes s'en rendent bien compte, et du coup, il y en a peu qui portent plainte.
75000 viols par an, ça en fait des malades dans la rue...
Quand on nie que la victime n'était pas consentante:On dit qu'elle a secrètement aimé ça, qu'elle disait "non" mais qu'au fond d'elle elle pensait "oui". La plupart des gens sont persuadés que séduire = faire céder.
Donc si une victime a subi un viol, ça ne peut pas être un vrai viol parce qu'elle a forcément aimé, qu'elle était excitée. Ben oui, surtout si elle ne s'est pas défendue! Oui mais sauf que: ce qui se passe dans le cerveau pendant un viol

Quand on blâme la victime:ça va de pair avec cet article. C'est comme ça qu'on réhabilite le violeur et qu'on accuse la victime d'avoir cherché. De mon point de vue, c'est la pire des choses, parce que c'est ce retournement qui alimente le plus la culture du viol. "comment était-elle habillée?", "est-ce qu'elle avait trop bu?", "est-ce qu'elle était aguicheuse?" Par contre on ne demande jamais qu'est ce qui a poussé le mec à violer. Quoique pour un journaliste de l'Est Républicain, le prédateur sexuel était frustré à cause de sa femme. 

Les causes du viol? les violeurs!!
On a donc deux choses ici: la victime est coupable à cause de ses fringues, de son attitude ou de l'alcool (si elle a bu) et le coupable qui a agi par frustration, ou par manque de sexe (comme on peut souvent l'entendre) ou justement, à cause de l'attitude de ces filles aguicheuses...

Malheureusement la culture du viol est omniprésente dans notre société, beaucoup trop présente. Le viol de Nafissatou Diallo (qui a été remise en cause "grâce" à une conversation téléphonique et à un mensonge sur son entrée aux Etats-Unis), celui de Steubenville (c'est de la faute de la jeune lycéenne, les accusés sont des sportifs, ils sont exemplaires...), et ça c'est juste les plus médiatisés...

Pour aller plus loin:
Je veux comprendre la culture du viol, publié par Madmoizelle
Comprendre la culture du viol, par Crêpe Georgette
Page Wiki
Le blog d'Antisexisme



lundi 31 mars 2014

Les "beurettes à khel" ou le truc qui me sort par les yeux...

Hier soir, pendant ma soirée glandage sur Facebook du samedi soir (oui ça c'est quand je ne bouge pas de la maison...), ma soeur m'envoie un message avec une photo. Sur cette photo, quatre personne: un de mes cousins avec un de ses potes et deux jeunes filles. Une photo banale me direz vous. Mais si je vous dis que sur cette photo, les deux garçons sont noirs, et les deux jeunes filles sont maghrébines? Bon d'accord, ça ne pose toujours pas de problème! Le problème il est là: clique et vomis avec moi!

Il y a maintenant plusieurs mois que se multiplient sur Facebook des pages sur les soit disant beurettes qui déshonoreraient leur famille et l'islam, parce qu'elles se dévergonderaient, et parce qu'elles sortiraient avec des noirs. Cet article en parle beaucoup et voici un petit extrait:

"On reproche notamment à ces filles de ne porter le voile que pour mieux cacher leurs « comportements de petite vertu » s’éloignant de la tradition (photos dénudées, cigarettes et bouteilles d’alcool à la main, sorties dans les bars à chicha, etc) et de justifier leurs amourettes avec des garçons noirs par l’excuse « il est musulman, donc c’est bon » (sous-entendu : « vous ne pouvez rien y redire, car seul Allah peut nous juger »). Cet argument est appelé « l’excuse Bilal », Bilal étant le nom du seul compagnon noir du prophète Mahomet. 
Une vraie chasse aux sorcières est menée sur ces groupes virtuels : des noms de «beurettes à khel» y sont postés, parfois accompagnés de leurs numéros de téléphone, et dans le même temps, on y accuse ouvertement les jeunes hommes noirs de vouloir enfanter un maximum de filles d’origine maghrébine pour qu’il y ait demain une majorité d’enfants métisses en banlieue."
La photo qu'ils ont posté de mon cousin avec ses potes (parce que pour info, la photo est parfaitement innocente, une bande de potes quoi!) avait cette légende:
"Chaque renoi a sa beurette, ben c'est tellement facile de les avoir"
Chaque. Renoi. A. Sa. Beurette. à partir d'une photo, le gérant de cette page FB déduit que les filles maghrébines sortent avec ces mecs. à partir d'une photo qui à priori est innocente, le gérant de cette page déduit la vie de ces 4 personnes. Comme ça, rien qu'en voyant une photo. Trop fort! même moi j'y arrive pas!

Déjà il y a une chose que vous devez savoir: "beurette" a une connotation extrêmement péjorative, au même titre que "niafou" (pour désigner les femmes d'origine africaine). Dans les deux cas, on dit d'elle qu'elles font honte à leur communauté respective. Elles parlent fort dans les transports, elles se maquillent avec trop de fond de teint, pour les "niafous", on les reconnait à leur tissage. J'avoue qu'il y a certaines filles qui ont vraiment une attitude que je n'apprécie pas. le souci c'est que les gens se basent là dessus pour dire que TOUTES les maghrébines et TOUTES les africaines sont comme ça. C'est sexiste et raciste en même temps, même quand les noirs et les arabes le disent (intériorisation des clichés).

Les mecs (oui c'est forcément des mecs) qui créent ces pages FB le font pour dénoncer ces "beurettes" qui sortent le soir, qui se maquillent, qui s'habillent à l'occidentale, qui fument ou qui boivent. Mais le pire qu'ils dénoncent, c'est qu'elles sortent avec des blacks. Pour certains, ces jeunes femmes se servent de l'islam pour faire des bêtises avec des renois. Et du coup, dans le même temps, ils tapent sur les blacks. Genre comme ça: clique et facepalme toi mon ami-e. Bref, pour eux, les maghrébines qui sortent avec des noirs, c'est la chouma (la honte) et ce sont des putes. Les noirs sont dégueulasses et veulent baiser des beurettes pour faire plein d'enfants métis en banlieue.  Du bon slut-shaming et du bon vieux racisme...

Il y a une chose qui me frappe dans tout ça: quand une arabe sort avec un noir ou un blanc, on l'insulte. Quand une noire sort avec un arabe ou un blanc, on l'insulte. Quand une blanche sort avec un noir ou un arabe, elle se fait taper dessus. Et si en plus de ça, elle se maquille (pas forcément comme un camion volé non plus), ou elle sort le soir, elle devient une pute. Par contre, le mec qui va sortir le soir, qui va boire, qui va poster des photos de lui torse nu, qui va sortir avec des rebeus, des noires ou des blanches (quelque soit son origine), rien. RIEN! C'est toujours les femmes qui vont être attaquées.

Pour en revenir sur la photo où mon cousin apparaît, je n'ai pas laissé passer ça. Malheureusement, malgré mon signalement, la page n'a pas été supprimée. D'ailleurs, aucune des pages de ce genre n'a été supprimée. Mais j'ai laissé un message en dessous de la photo (comme d'autres personnes d'ailleurs). D'habitude, je ne dis rien, je laisse passer. mais j'ai été trop en colère! Même ma soeur me disait que je risquais de me faire attaquer. Rien à foutre, j'ai parlé. (ON NE S'ATTAQUE PAS A MA FAMILLE!!)

Au final, c'est quoi qui me dérange? Ils s'attaquent à des meufs à cause de leur attitude jugée provocante (donc du slut-shaming), ils s'attaquent à des noirs parce qu'ils sortent avec "leurs" rebeus (donc du racisme), et ils dénoncent l'hypocrisie des jeunes filles qui se servent de la religion pour sortir avec des noirs. Et bien moi je dénonce l'hypocrisie de ces mecs qui se servent de la religion pour s'attaquer indirectement aux noirs par pur racisme. Je n'ai jamais compris pourquoi il y a autant d'arabes (= les Arabes et les Maghrébins) qui détestent autant (si ce n'est plus que certains blancs) les noirs. Serait-ce un complexe vis-à-vis d'eux? Quelque soit la raison, ces mecs ne sont pas mieux que ce qu'ils dénoncent. Et c'est bien dommage, surtout dans un contexte où le racisme augmente, qu'on ne se serre pas plus les coudes...

PS: l'article originel a été modifié suite à une remarque judicieuse d'un Anonyme. En effet j'ai fait une généralisation sur les Arabes en disant qu'ils détestaient les noirs. Alors que dans la réalité, c'est beaucoup d'Arabes qui les détestent, pas tous (encore heureuse!). Comme quoi, même si je dénonce le racisme et les clichés, je ne suis pas moi même à l'abri de dire des bêtises.